Essays / tag / centre

Chers frères et sœurs,

Au nom du Centre Culturel Senoufo de Sikasso et en mon nom propre, je souhaite à tous et à toutes un bon et fructueux mois de ramadan. Malheureusement, ce mois béni coïncide avec une période difficile de l'histoire de notre monde qui lutte contre la pandémie du covid-19. Grâce à vos efforts de prière, de jeûne et de partage, que Dieu nous montre sa miséricorde et nous donne la paix ! Qu'il nous préserve de cette mauvaise maladie !

N'oubliez surtout pas de prier pour la paix au Mali ; car jusque-là, les victimes de cette guerre sont plus nombreuses que celles du coronavirus. Pire encore, cette guerre détruit les tissus socio-culturels et économiques de notre beau pays, le Maliba. Que Dieu nous donne de célébrer la 'aid al-fitr dans un climat apaisé et dans un monde plus humain ! Qu’il nous accorde une bonne saison pluvieuse (hivernage) !

Sikasso, le 28 avril 2020

Père Bruno Ssennyondo

Directeur du CRSPCS

Le cicaara est instrument lié aux pratiques initiatiques de la femme dans l’identité culturelle du peuple sénoufo. Il accompagne les cultivateurs pour les inciter au travail bien fait, à la bravoure et au courage. Mais aujourd’hui, les mutations sociales, la modernisation galopante et la mécanisation de l’agriculture menacent d’extinction ce trésor artistique et culturel. C’est à cet issu que le Centre Culturel Senoufo de Sikasso a pris l’initiative d’organiser des activités de la valorisation du cicaara, sous le thème : « le cicaara, un symbole de l’identité culturelle à sauvegarder et à diffuser ». En principe, ces activités artistiques et culturelles dureront six mois. Elles ont été lancées le mardi 10 mars 2020 sous le haut parrainage de Madame Ramata Bagayoko, 3ème Adjointe du Maire de la Commune Urbaine de Sikasso. Les activités prévues incluent les ateliers de recherches, de formations et des concours artistiques. A partir de résultats de nos recherches, les conférences et débats seront animés dans les établissements scolaires, auprès des chercheurs, universitaires et étudiants / élèves. Ensuite, nous organiserons une nuit de la vedette cicaara. Cette activité compétitive visera à stimuler la créativité et la concurrence entre les joueuses afin de rendre les produits artistiques du cicaara plus digests par le public moderne. A cet effet, un jury composé d’experts sera chargé d’apprécier chacune des étapes de ces compétitions artistiques et culturelles. Enfin, tout élément utile de ce projet sera transcrit, traduit et conservé pour en faire des publications ultérieures. Nous disons merci au Complexe Culturel BlonBa de Bamako qui a accepté d’accompagner cette aventure culturelle et artistique. Nous faisons encore appel à toute autre personne de bonne volonté de bien vouloir soutenir le Centre Sénoufo dans ses activités. Prions Dieu afin que la pandémie du coronavirus n’ébranle pas trop les activités qui donnent sens à la vie humaine.

Sikasso, le 28 mars 2020

Le Directeur - Père Bruno S

A l’instar des cinq dernières années, l’institut de Formation Islamo-Chrétien (IFIC) de Bamako a effectué une visite d’étude au Centre Culturel Senoufo de Sikasso du 24 au 28 Février 2020. Les participants étaient au nombre de douze (12) personnes originaires du Mali, Togo, Benin et Cameroun.

Au cours de leur séjour à Sikasso, sous l’égide de l’équipe du Centre Culturel Sénoufo, plusieurs activités ont été réalisées. Exposés : a) Deux thèmes sur la religion musulmane, notamment: « Mohamed, modèle de piété » et « La fraternité dans la religion musulmane ». Ces échanges ont été présidés par trois notabilités musulmanes et un modérateur Chrétien. b) L’historique et les activités du centre culturel senoufo suivis d’une séance sur la tradition orale (contes + devinettes) présidée par l’équipe du centre.

Visites : a) La grande « mosquée Amara Kanté » située non loin du marché du quartier Médine ; b) Le tombeau d’un célèbre imam de Sikasso, El Hadji Oumar Kanté enterré à l’enceinte de la mosquée sus citée ; c) Le musée du Centre Culturel Sénoufo de Sikasso ; d) Le presbytère de la Mission Catholique de Sikasso ; e) Une communauté de l’église protestante de Sikasso ; f) Rencontre et échanges avec les adhérents aux pratiques ancestrales en milieu sénoufo, village de Ziasso située à environ 66 kms de Sikasso, dans la commune rurale de Lobougoula ; g) Des grottes de Missirikoro

Projection de Film : a) L’imam et le pasteur, un film-documentaire démontrant la complexité du dialogue islamo-chrétien et les attitudes à privilégier dans son exercice ; b) La Cabane, un film qui nous interroge sur nos représentations ou conceptions de Dieu et le difficile chemin du pardon. L’équipe du Centre et les visiteurs sont tous contents de chaque moment fraternel partagé. Ils souhaitent que cette collaboration entre nos deux structures s’éternise.

Fait à Sikasso, le 15 mars 2020

Par Elie Yaya Bamba

Chargé du musée du Centre 

In English Au soir du 11 avril 2019, une forte délégation des acteurs politiques et économiques allemands, accompagnés du président du Conseil Régional de Sikasso se sont rendu au Centre Culturel Sénoufo. C’était une occasion d’échanger avec cette audience pluridisciplinaire sur les activités et projets d’avenir du Centre. Cette même délégation a effectué plusieurs visites sur le territoire de la région de Sikasso et plus particulièrement les axes prioritaires du développement régional tels que l’unité de transformation d’Anacarde à Koumantou, station de conditionnement des mangues AOM (partenariat Public Privé avec le groupe GREENYARD : exportation de la mangue fraiche vers l’Europe) l’entreprise Keitala Négoce, l’Antenne Régionale de l’ANICT, et le Centre de Santé de Sido financé à travers le FNACT.

Sikasso, le 17 avril 2019

Bruno Ssennyondo (Directeur du Centre)

In English

A l’instar des quatre années précédentes, l’Institut de Formation Islamo-Chrétien (IFIC) de Bamako a effectué une visite d’étude au Centre Culturel Senoufo de Sikasso du 25 au 01 mars 2019. Il s’agissait de 11 personnes originaires de 8 pays : Mali, Côte d’Ivoire, Centre Afrique, Burkina Faso, Tchad, Benin, Guinée-Conakry, France. Encadrés par l’équipe du Centre Culturel Senoufo, plusieurs activités étaient à l’ordre de leur séjour. Parmi ces activités nous citons : - Les exposés sur les activités du centre culturel senoufo, la tradition orale (contes + devinettes) et le rôle des rites agraires en milieux traditionnel senoufo. - Les visites d’échange et de courtoisie aux différentes communautés religieuses de la région de Sikasso. - Projection des films sur le faits culturels et religieux. Il s’agissait des films qui visent à promouvoir de savoir vivre-ensemble en acceptant nos différences. - Moments de détente dans les sites touristiques et historiques de Sikasso et ses alentours. On se réjouit de cette collaboration gagnant-gagnant entre l’IFIC et le Centre. Car, la rencontre et le dialogue interculturel et interreligieux sont inévitablement devenus des attitudes prioritaires pour le bienêtre et le développement de notre pays le Mali et pour toute l’Afrique de l’Ouest.

Du 12 au 14 avril, le Centre Culturel Senoufo de Sikasso (CRSPCS) participera à la 16ème édition du festival sénoufo de Gouéné. Ne manquez les conférences et débats animés par le Centre et surtout ses expositions sur le thème du festival : le rôle de la femme en milieu sénoufo.

Le Centre expose des objets du milieu sénoufo et d’autres régions du Mali pour valoriser la diversité culturelle comme patrimoine nationale. 


Le Centre organise des expositions thématiques. 


Le Centre accueille quotidiennement des visiteurs. Le public est très varié. Il s’agit de: élèves et étudiants, adultes nationaux et internationaux, enseignants et chercheurs, des cortèges des nouveaux mariés, etc. 


Le Centre fait des animations dans les milieux scolaires sur les différents thèmes d’intérêt culturel. 


Le Centre collabore activement avec :

- La Direction Régionale de la Culture et l’OMATHO ;


- Des enseignants de l’art plastique et de l’histoire-géo ;

- Des artistes en leur offrant des salles pour pouvoir exposer leurs œuvres ;

- Des associations culturelles : griots, bouffons, chasseurs, etc. 


Le Centre participe aux activités culturelles qu’organisent les autorités de la région comme : le triangle du balafon, la journée nationale du patrimoine culturel, le théâtre des réalités, les séminaires et les conférences. 


Sous la collection « Wu Niré », le Centre publie des livres sur des thèmes et sujets susceptibles à promouvoir la culture et la rencontre entre cultures et religions. Les œuvres réalisées ces trois dernières années sont : Le royaume du Kénédougou et sa capitale Sikasso (2014), Les contes sénoufo (2014), Les devinettes sénoufo (2015) et Les Korédugaw (bouffons) en milieu sénoufo (2015) et Des Monographies de quatre villages sénoufo en deux volumes (2016). Tous nos ouvrages sont diffusés à un public assez large, plus particulièrement au Mali, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et ailleurs. 


In English

Description du Centre Sénoufo

Le Centre de Recherche pour la Sauvegarde et la Promotion de la Culture Sénoufo a été inauguré en Novembre 2005 et dirigé par le Père Emilio ESCUDERO (R.I.P), membre de la Société Missionnaire dénommée ‘Missionnaires d’Afrique’ (Pères Blancs). Ce Centre se situe dans le quartier administratif de Sikasso, non loin du Conseil Régional. Il est piloté par une association de droit malien, dénommée « Wu Nire », (Nos Racines) en Sénoufo selon la Loi numéro 04-038 du 5 août 2004 régissant les associations en République du Mali : récépissé numéro 026/CS-P.  

Après la mort du Père Emilio le 02 novembre 2012, l’association pilote a souhaité que la gestion du Centre sont assurée par la société des Missionnaires d’Afrique. Donc, le Directeur du Centre mène les activités du Centre en étroite collaboration avec les membres de l’association, le diocèse de Sikasso, la société des Missionnaires d’Afrique et plusieurs acteurs de la culture. Le Centre œuvre avec toutes les couches de la population sans distinction. 

Objectifs du Centre Sénoufo

Le Centre Culturel Sénoufo a pour objectif de : 

- Aider à la sauvegarde et à la promotion de la culture sénoufo;

- Aider le monde sénoufo à s’ouvrir davantage à d’autres perspectives socioculturelles 
susceptibles de contribuer à son rayonnement ; 

- Œuvrer à la rencontre et au dialogue avec les différentes expressions confessionnelles 
et l’univers culturel sénoufo. 

L’infrastructure du Centre Sénoufo 

Les constructions se sont réalisées au fur et à mesure entre 2004 et 2011 par le Père Emilio Escudero avec l’aide des entrepreneurs de Sikasso. Tout est construit en dure (avec briques et ciment). Plusieurs bâtiments et des murs de la clôture sont décorés avec des motifs et des symboles de la culture sénoufo. Le jardin du centre contient des statues à la taille humaine, représentant des personnages sénoufos. Le financement est souvent venu de plusieurs sources : des amis et bienfaiteurs du Père Emilio Escudero et des organismes internationaux. 

Le musée du Centre Sénoufo

Le centre possède plus de 1200 objets collectionnés par le Père Emilio quarante ans durant. Les visiteurs découvrent des objets d’art et des objets de la vie quotidienne, sociale et religieuse du peuple sénoufo et d’autres ethnies du Mali. Le Centre possède une véritable banque de données diverses de la culture. 

Il s’agit de : statues et statuettes: objets parfois sacrés dont l'usage est réservé aux initiés, statuettes en bois, en bronze et en terre cuite ; les masques de culte, de réjouissance ; les instruments de musique : tambours, flûtes, balafon ; les armes traditionnelles ; les outils des travaux domestiques et champêtres, textiles ; les mobiliers : chaises, tabouret, lit traditionnel, lit mortuaire... ; aspects particuliers : objets des rites initiatiques, des chasseurs, des bouffons et les 
fétiches.

A ceux-là s’ajoutent le résultat des travaux de recherche réalisés au cours de plusieurs années. Cependant, plusieurs de ces résultats restent au stade primaire. Il s’agit de plus de 600 cassettes audio-visuelles contenant des contes, devinettes, proverbes, des chants, et des enquêtes réalisées dans des villages sur des thèmes relatifs à la vie des Sénoufos. Par exemple la fabrication du balafon, l’agriculture, la bouffonnerie, le Ciwara, les étapes de la vie (la naissance, l’initiation, le mariage, la mort) etc. 


Nous possédons plus de 40 000 photos du milieu sénoufo. En plus, des nombreux documents linguistiques et ethno-anthropologiques souvent uniques. 
Plusieurs de ces recherches faites sous forme d'enregistrements sonores sont déjà transcrites en langue sénoufo et traduites en langue française.