English: La célébration de la journée de la résistance à Sikasso s’inscrit désormais dans une tradition. Sans pour autant vouloir se dissocier du monde entier qui célèbre la journée des travailleurs, en initiant cette activité, les sikassois ont à cœur de rendre un hommage mérité aux milliers de ses fils et filles qui ont péri en défendant l’indépendance et l’honneur du glorieux royaume de Kénédougou dont la capitale était Sikasso. Car, pour paraphraser le président de l’Antenne de Sikasso du RENEDEP (Réseau National pour l’Eveil Démocratique et Patriotique), ces figures légendaires demeurent un exemple de courage, de bravoure, d’abnégation et une source d’inspiration pour les sikassois en particulier et les maliens en général. En plus de la présence du Centre Culturel Sénoufo, cet événement était honoré de plusieurs autorités et notabilités de la ville de Sikasso. Nombreux des intervenants du jour ne cessaient de faire écho des phrases légendaires du roi Babemba Traoré « Plutôt la mort que la honte » ou encore « Un homme brave et un homme lâche doivent mourir un jour, l’un et l’autre ; (mais) il vaut mieux mourir bravement pour défendre son pays. » Le maire de la commune urbaine de Sikasso monsieur Kalfa Sanogo a saisi l’occasion pour appeler les sikassois à plus de vigilance. Oui à notre illustre valeur de l’hospitalité, dit monsieur le maire ; mais cela doit être accompagné de l’obligation de veiller sur son hôte. Car, il nous est arrivé d’être victimes de notre gentillesse aveugle, de notre naïveté.

Sikasso, le 07 Mai 2019

Bruno Ssennyondo (Directeur du Centre)