Le mardi 17 avril 2018 fut une journée de réflexion sur la promotion et la sauvegarde du Cicaara, un instrument de prédilection sénoufo en voie de disparition. Cette journée qui a rassemblé plus de cent trente (130) femmes joueuses du Cicaara venant de seize Communes de la région de Sikasso a eu lieu au Centre Culturel Sénoufo (CRSPCS). Le chef du cabinet du Gouverneur de la région de Sikasso a donné le coup d’envoi à la cérémonie. Présents étaient aussi des nombreux officiers des services étatiques et privés. Des artistes locaux tels que l’icône du balafon Souleymane Traoré (couramment connu comme Neba Solo) s’étaient rassemblés autour d’une joueuse du Cicaara d’une renommée montante, Namisseni Sanogo. Le nombre et l’application des participants aux activités de la journée étaient une preuve que le Cicaara occupe toujours une place de choix dans l’identité culturelle des sénoufos.

Cet instrument est d’office lié aux pratiques initiatiques de la femme traditionnelle sénoufo. Encore aujourd’hui dans certains villages, le Cicaara accompagne les cultivateurs pour les galvaniser, les inciter au travail bien fait et à la bravoure. Cependant, la modernisation galopante, les mutations sociales, la mécanisation de l’agriculture menacent de faire disparaitre ce trésor artistique et culturel.

Sénoufo en partenariat avec la Direction Régionale de la Culture a joué pleinement son rôle en soutenant de façon inconditionnelle madame Namisseni, une virtuose du Cicaara qui hiberne encore dans l’anonymat. La journée a été financièrement appuyé par la bonne volonté de Monsieur Adama Ballo et Madame Aramata Bagayogo, respectivement parrain et marraine de la cérémonie.